études et discussions sur la nature, le patrimoine, les énergies, etc ...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Extraction des quintessences végétales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Korrigan
Admin
avatar

Nombre de messages : 302
Age : 45
Date d'inscription : 02/08/2006

MessageSujet: Extraction des quintessences végétales   Lun 16 Oct - 23:35

Citation :
Par Léfébure

Lorsque la plante sera broyée au mortier de marbre, et réduite en bouillie, il la faut mettre en matra à long col scellé du sceau d'Hermès et le mettre à digérer au bain vaporeux par Quarantes jours
Après ce temps, ouvrir le matras et en extraire toute la matière pour en séparer la partie liquide en la passant par un linge; puis la mettre au bain-marie, par un jour plein, la verser ensuite par inclinaison ou la filtrer au travers du coton, par l'entonnoir.
Tirer le sel fixe du résidu selon l'art et le dissoudre dans la liqueur, puis les mettre en un matra scellé hermétiquement, exposé au soleil ou dans le feu de chaux et de paille, durant six semaines. Au bout de ce temps, on verra le premier-être de la plante qui surnagera, vert et transparent ou clair et rouge selon la nature du Sel, du Soufre et du mercure qui constitue la plante.
Il faut alors séparer ce premier être liquide et le distiller selon que le requiert l'art et tel que nous l'avons enseigné



Selon Paracelse

Piler et hacher la plante choisie et la mettre putréfier en un matras au bain vaporeux par trente ou quarante jours. Exprimer le suc et distiller au bain marie. Remettre la liqueur distillée sur les fèces et faire putréfier le tout encore huit jours, distillez encore plusieurs fois tant que les couleurs changent, la quintessence montera par l'alambic et le corps restera au fond avec une partie de son eau essentielle. Verser sur le corps toute la quintessence et faire putréfier encore quatre jours.
Distiller comme devant et remettre la liqueur sur le résidu; faire digèrer au pélican par six jours et il se fera une liqueur épaisse que l'on distillera au bain. Le corps aqueux se séparera et la quintessence restera au fond. Il faut la séparer des sucs impurs et la remettre à digérer afin qu'elle dépose ses fèces.
il ne restera alors qu'à la rectifier une dernière fois et cette quintessence sera empreinte des vertus exaltées de la plante.



Du temps requis en la Distillation Philosophique, Par Sylvius

Celui qui connait la nature en ses mouvements, doit opérer à son imitation dans le temps requis .fais un bain vaporeux; que l'eau bouille, et que le vaisseau contenant soit entouré des vapeurs de l'eau. Lors, la distillation commencera si tu as auparavent échauffé la matière par chaleur d'eau ; et tu compteras lentement jusqu'à sept entre chaque gouttes qui tombera dans le récipient, et ceci et la vrai et seule distillation philosophique

.

Extraits de l'ouvrage :
La Médecine Hermétique des Plantes
ou
l'Extraction des quintessences par Art Spagyrique
Jean Mavéric
Ed. Belisane

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Korrigan
Admin
avatar

Nombre de messages : 302
Age : 45
Date d'inscription : 02/08/2006

MessageSujet: Re: Extraction des quintessences végétales   Mar 17 Oct - 14:19

extrait de :

COUR DE CHIMIE POUR SERVIR D’INTRODUCTION à cette Science.
PAR NICOLAS LEFEVRE


Citation :
§. 10. De la manière de faire les liqueurs des plantes, & leurs premier êtres.
Toutes les plantes ne sont pas propres à cette opération, à cause qu’elles n’ont pas également en elle une proportion suffisante de sel, de soufre & de mercure, pour communiquer à leurs liqueurs & à leurs premiers êtres, la vertu de renouveler & de restaurer ; & Paracelse même ne nous en recommande que deux entre toutes, qui doivent servir de règle & d’enseignement pour toutes les autres sortes de plantes, qui sont à peu près de la nature de ces deux, qui sont la mélisse & la grande chélidoine, entre celles qui approchent de ces deux, nous y pouvons légitimement com¬prendre la grande scrophulaire, la petite centaurée & les plantes vulnéraires, comme le pyroha, la consolida saracenica, la verge dorée, le mille pertuis, l’absinthe, & généralement toutes les plantes alexitères, comme le scordium, l’asclepia, la gentiane & les gentianelles, la rue, le persil, l’ache & beau¬coup d’autres que nous laisserons au choix & au jugement de l’Artiste, qui les préparera toutes de la sorte que nous le dirons ci-après, & lorsqu’il en aura tiré la liqueur ou le premier être, il s’en servira dans les occasions, selon la vertu de la plante.
Il faut cueillir celle de ces plantes, qu’on voudra préparer, lorsqu’elle est en son état, c’est-à-dire, lorsqu’elle est tout à fait fleurie ; mais qu’elle n’est pas encore en semence, au temps que Paracelse nomme balsamiticum tempus, le temps balsamique, qui est un peu devant le lever du Soleil, parce qu’on a besoin dans cette opération de cette douce & agréable humeur, que les plantes attirent de la rosée durant la nuit, par la vertu magnétique & naturelle qu’elles ont de se fournir de l’humidité dont elles ont besoin, tant pour leur subsistance & pour leur vie, que pour résister aussi à la chaleur du Soleil, qui les suce, & qui les dessèche durant le jour.
Lorsque vous aurez une quantité suffisante de la plante que vous voulez préparer, il la faut battre au mortier de marbre, & la réduire en une bouillie impalpable, autant que faire se pourra ; puis il faut mettre cette bouillie dans un matras à long col, qu’il faut sceller du sceau de Hermès, & le mettre digérer au fumier de cheval durant un mois philosophique, qui est l’espace de quarante jours naturels, ou bien mettre le vaisseau au bain vaporeux, & qu’il soit enfermé dans de la sciure de bois ou dans de la paille coupée, durant le même temps, & à une chaleur analogue à celle du fumier de cheval. Ce temps étant expiré, il faut ouvrir votre vaisseau pour tirer la matière qui sera réduite en liqueur, qu’il faut presser & séparer le pur de l’impur par la digestion au bain-marie à une lente chaleur, afin qu’il se fasse une résidence des parties les plus grossières, que vous séparerez par inclination, ou ce qui sera mieux, en filtrant cette liqueur à travers du coton par l’entonnoir de verre : il faut mettre cette liqueur ainsi dépurée dans une fiole, afin d’y joindre le sel fixe qu’on tirera de l’expression de la plante, ou de la même plante desséchée : ce qui servira pour augmenter sa vertu, & pour la rendre de plus longue durée, & même comme incorruptible.
Mais lorsque l’Artiste veut pousser plus loin son travail, qu’il veut purifier cette liqueur au suprême degré & la réduire en premier être, il y procédera de la sorte. Il faut prendre parties égales de cette liqueur & de l’eau de sel, ou de sel résout, dont nous enseignerons la pratique au Traité des sels, & les mettre dans un matras, qu’il faudra sceller hermétiquement, & l’expo¬ser au Soleil six semaines durant, & ainsi, sans aucun autre travail, cette liqueur saline séparera toutes les hétérogénéités & les limosités, qui empêchaient la pureté & l’exaltation de ce noble médicament ; mais à la fin de ce temps, on verra trois séparations différentes, qui sont les fèces de la liqueur de l’herbe, le premier être de la plante, qui est vert & transparent comme l’émeraude, ou clair & rouge comme le grenat oriental, selon la qualité & la quantité du sel, du soufre où du mercure, qui auront prédominé dans la plante qu’on aura ainsi préparée.
Je sais qu’il y en aura plusieurs qui diront que la pratique de cette opération est facile, & que la plupart ne croiront jamais que la liqueur des plantes, ni leur premier être, puissent posséder les vertus que nous leur attribuions après Paracelse. Je souhaiterais néanmoins que chacun en fut per¬suadé par des expériences légitimes & très assurées, comme je le suis, afin que les Artistes se missent à travailler à ces rares préparations, avec une confiance de n’être point frustrés du bien qui leur en peut re¬venir en particulier, & de celui qu’ils procureront à la société civile, par la santé qu’ils conserveront, ou qu’ils répareront dans les sujets particuliers qui la composent.

ouvrage téléchargeable sur Chrysopée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Korrigan
Admin
avatar

Nombre de messages : 302
Age : 45
Date d'inscription : 02/08/2006

MessageSujet: Re: Extraction des quintessences végétales   Mar 17 Oct - 20:53

concernant ce passage de l'extrait précedent :

Citation :
Il faut prendre parties égales de cette liqueur & de l’eau de sel, ou de sel résout, dont nous enseignerons la pratique au Traité des sels

il est dit ceci au Tome troisième :

Citation :
§. 3. La calcination du sel commun.
Il y a deux sortes de calcinations pour le sel, la décrépitation & la fusion. La décrépitation n’est rien autre chose que la calcination du sel dans un pot de terre non vernissée à feu de roue, jusqu’à ce que le sel ne pétille plus, elle se fait à cause du mélange du sel avec d’autres matières, & lorsque le feu agit dessus, il pétille, saute & pète, & ainsi il peut éparpiller les autres matières, ce qu’il ne fait pas lorsqu’il est décrépité, cette calcination le prive aussi de son humidité & de son phlegme : mais si on lui donne trop de chaleur, l’esprit acide se dissipe, c’est pourquoi il faut que l’Artiste gouverne le feu doucement en cette opération, & que ce soit plutôt une dessiccation violente, qu’u¬ne calcination, qui prive le sel de son esprit actif.
La calcination qui se fait par la fusion, n’est autre chose que la fonte du sel décré¬pite dans un creuset dans le four à vent, si on garde ce sel fondu dans un lieu chaud & sec, il se garde en masse dont on se sert au besoin. Mais si on l’expose à l’air, il se résout en eau, qu’il faut filtrer & la mettre dans une bouteille, c’est ce que Paracelse appelle Sal solutum & aqua salis, l’eau de sel ou le sel résout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Extraction des quintessences végétales   

Revenir en haut Aller en bas
 
Extraction des quintessences végétales
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Végétales Visions à Colayrac Saint Cirq (47)
» Daisy sous anesthésie pour extraction dentaire
» pétales de mais (corn flakes)
» Toutes les espèces végétales connues répertoriées
» Statuts des espèces végétales et animales - liste rouge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spagyrie :: Vertues des Pierres, des plantes & Spagyrie :: Spagyrie ...-
Sauter vers: